Comet Catherine
Capital social et accès au marché des entrepreneurs du bâtiment

Thèse de Doctorat en Sociologie - Université de Lille 1
Directeur de thèse : Emmanuel Lazega


Cette étude porte sur le capital social des petites entreprises du bâtiment en France. Elle traite des relations interentreprises en vue de montrer leur lien avec la performance et l'autonomie des petites entreprises. Il s'agit d'explorer les différents modes de coopération permettant un meilleur accès au marché. Elle repose sur le postulat suivant : à l'instar du capital économique et culturel, le capital social est un important facteur de réussite. Ainsi d'après Ronald S. Burt, la structure d'un réseau relationnel peut être un avantage concurrentiel déterminant. Les mécanismes de coordination sont de plus indispensables à l'activité du bâtiment, principalement concentrée sur les chantiers, qui nécessitent souvent non seulement l'intervention de plusieurs entreprises, mais aussi la contribution de différents acteurs - maîtrise d'ouvrage, maîtrise d'œuvre, fournisseurs, bureaux d'études, etc. Par ailleurs, le modèle de développement, longtemps mis en avant par les artisans du bâtiment, uniquement fondé sur la réputation et le bouche-à-oreille semble actuellement remis en cause par les profondes mutations de leur environnement. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants, alors que les prestations sont, dans le bâtiment, généralement non standardisées, les prix pas toujours transparents et la qualité rarement garantie. Les intermédiaires entre les entrepreneurs et les clients finaux jouent donc un rôle d'autant plus importants pour sécuriser les transactions sur ce marché.
Nous distinguons à partir de leur positionnement stratégique - spécialisation et différenciation par la qualité - quatre catégories d'entrepreneurs : les opportunistes, les généralistes, les innovants et les traditionnels. Nous mesurons auprès d'échantillons de chaque catégorie la performance globale des entreprises - financière, commerciale et sociale - afin d'établir un lien avec la structure et la qualité de leur réseau professionnel. L'autonomie est déterminée en fonction d'une part du volume de sous-traitance confiée et reçue, et d'autre part des trous structuraux au sein des réseaux personnels.



Detrás durar página