Stoefer Raphaël
Échange social et capital social


La recherche sur le cancer est une spécialité médicale, d'une part, transversale puisqu'elle concerne une pathologie touchant tous les organes et donc de très nombreux spécialistes, et instable, d'autre part, du fait du caractère inachevé de son développement et du renouvellement fréquent des connaissances. L'histoire de cette spécialité a construit un milieu composite sans forme de solidarité ni système d'échange généralisé. Les chercheurs constituant l'élite de puissance, que nous avons qualifié de chercheurs-entrepreneurs parce qu'ils ont la volonté d'être des éléments régulateurs des réseaux pourvoyeurs des ressources nécessaires à leur activité, ont su mettre en place une structure relationnelle en réponse au contexte spécifique de la recherche française en cancérologie. La recherche française sur le cancer nous est apparue comme un système d'action semi-collegial et méso-structurel ne disposant pas des mécanismes classiques de régulation des milieux collégiaux. Les chercheurs-entrepreneurs construisent alors des structures méso-sociales leur permettant de disposer des ressources nécessaires à leur activité et de surveiller leurs concurrents. Ces structures méso-sociales sont à la fois des espaces privilégiés d'échange de ressources comme le conseil, la collaboration ou les citations, et des structures hiérarchisées selon des variables de statut. Ces structures sociales n'ont pas toutes la même position dans le système que nous avons étudié. Par conséquent, elles ne procurent pas à leurs membres les mêmes contraintes, ni les mêmes opportunités. La construction de telles structures constitue un " pari " sur l'avenir de la recherche sur le cancer.


Detrás durar página